Hémorroïdes pendant la grossesse : quelques solutions pour s’en débarrasser

La grossesse est toujours une période délicate dans la vie d’une femme. Au cours de ces 9 mois, elles sont particulièrement vulnérables à toutes sortes de problèmes veineux.

En effet, même si la grossesse reste un moment des plus heureux dans la vie d’une femme, les hormones provoquent de nombreux désagréments dont l’apparition ou l’aggravation de problèmes hémorroïdaires pré-existants. Cependant, des solutions existent pour prévenir, voire traiter ce problème, souvent encore considéré comme « tabou » dans notre société.

La grossesse : une période sensible

grossesse

Il est connu que la grossesse entraîne son lot de désagréments, au fur et à mesure que le corps de la femme se modifie pour concevoir un enfant. Généralement, aux alentours du 6ème mois, l’utérus féminin peut commencer à comprimer les veines situées au niveau de l’abdomen, ce qui a pour effet de complètement bouleverser la circulation sanguine, et ainsi favoriser varices et hémorroïdes.

Ainsi, environ 30 % des grossesses seront affectées par une pathologie hémorroïdaire. Et, même si le bébé à venir n’est absolument pas affecté par ces effets secondaires de la grossesse, les différentes manifestions occasionnées par ce trouble veineux sont pour le moins désagréables : irritations, démangeaisons, voire saignements légers peuvent venir troubler le quotidien de la femme enceinte.

Hémorroïdes internes ou externes ?

Il existe deux sortes d’hémorroïdes : les hémorroïdes internes et les hémorroïdes externes. Les hémorroïdes internes sont situées au niveau de rectum et ne provoquent pas de sensations douloureuses. Les hémorroïdes externes sont quant à elles situées sur la peau autour de l’anus. Elles provoquent des démangeaisons, peuvent également se fissurer et être à l’origine de saignements.

Quelques mesures simples de prévention

mesures de prévention des hémoiroides

Il existe quelques mesures simples permettant de prévenir l’apparition de troubles hémorroïdaires. En effet, boire de grandes quantités d’eau au cours de la journée, au même titre que la consommation de fruits et légumes sont des mesures faciles à mettre en œuvre tout au long de la grossesse. De plus, il conviendra d’essayer d’instaurer de bonnes habitudes en matière d’hygiène de vie, ce qui permettra d’éviter au maximum la constipation au cours de cette période.

En effet, cette dernière est très souvent pointée du doigt dans les problèmes d’hémorroïdes, et concernerait près de la moitié des femmes enceintes. En outre, ces dernières prenant fréquemment des compléments en fer au cours de la grossesse, elles sont de fait prédisposées à des problèmes de constipation.

Le second facteur impliqué serait le mauvais retour veineux auquel sont confrontées les femmes au cours de leur grossesse, dû au volume utérin qui est augmenté de volume, ainsi qu’aux hormones. De plus, s’il y a des problèmes d’hémorroïdes au sein de la famille, les chances d’y être alors confrontés sont grandes. Cependant, des traitements généralement prescrits au cours du second trimestre de la grossesse peuvent aider à y pallier.

Des traitements sans danger

traitement hemoroide

Même si la personne est enceinte, des solutions existent afin d’aider à faire face à d’éventuels problèmes hémorroïdaires. Cependant, il convient de ne surtout pas pratiquer d’automédication enceinte, le mieux étant de prendre rendez-vous avec un médecin, afin qu’il prescrive le meilleur traitement.

Des pommades à appliquer localement, de même que certains veinotoniques peuvent s’avérer efficaces, et permettront d’être soulagée ponctuellement. Ces médicaments ne sont en aucun cas contre-indiqués au cours de la grossesse, notamment le premier trimestre passé, et des études ont même prouvé leur efficacité. Les pommades à usage local permettent dans un premier temps la réduction de la douleur, et réduisent également l’inflammation dans un second temps.

Il conviendra de retenir qu’aucune femme n’est seule face à ce désagrément, que bien des femmes enceintes expérimentent au cours de leur grossesse. Alors, seul un professionnel de santé, sera à même d’aiguiller vers le meilleur traitement adapté à la condition de chacune.

Laisser un commentaire